Wiercioch en visite au Sensplex

jeudi, 15.08.2013 / 10 h 44
Chris Lund  - Ottawasenators.com



Les joueurs des Sénateurs continuent de faire escale tour à tour au Bell Sensplex, dans le cadre des activités des Camps d’été des Sénateurs. Hier, ce fut le tour de Patrick Wiercioch de passer du temps avec les jeunes participants.

Au cours de sa visite, Patrick a pris quelques minutes pour s’entretenir avec les médias pour parler de son mariage, sa saison estivale et la saison 2013-2014.

Voici ce qu’il avait à dire...

Sur les faits saillants de son été :

Bien, ma femme me tuerait si je ne disais pas que c’est mon mariage, mais j’ai eu beaucoup de plaisir — pendant tout l’été. Maintenant que je suis de retour à Ottawa, je me suis surtout concentré à reprendre l’entraînement le plus rapidement possible et à emménager ici. Je suis heureux de pouvoir enfin m’établir ici. Nous nous sommes promenés d’un appartement à l’autre ces dernières années, donc je suis content de revenir.

Au sujet de son mariage :

C’était à Minneapolis, en fait nous irons au mariage de Kyle (Turris) ce week-end au même endroit. Nous avons eu beaucoup de plaisir pendant la semaine qui a précédé le grand jour. J’ai eu la chance de jaser avec des gens avec qui je n’ai pas l’occasion de voir souvent. Lors du mariage, ce fut très amusant, de nombreuses personnes chères à mon épouse et moi étaient présentes. Kyle a été en mesure de venir avec Julie et ce fut une belle expérience, en espérant qu’elle ne survienne qu’une seule fois.

Sur les changements survenus dans sa vie depuis le grand jour :

(rires) Bien, je ne prends pas autant de décisions qu’auparavant. Non, en fait c’est très bien. Je suis content que cela soit survenu au début de l’été. Maintenant, je peux me concentrer sur l’entraînement. Lors des jours précédant le mariage, ce fut très stressant. Je suis convaincu que c’est la même chose pour quiconque est impliqué dans la préparation d’un mariage. Il y a beaucoup plus de choses à faire que prévu, mais mon épouse a fait un excellent travail afin que tout soit bien organisé.

Au sujet des transactions effectuées par l’équipe au cours de la saison morte :

J’aurais aimé que Gonch (Sergei Gonchar) soit de retour parce que j’ai beaucoup appris avec lui l’an dernier, et il avait une bonne présence dans le vestiaire. Il n’a jamais été un joueur avec un grand franc-parler, il faisait tout discrètement, a poursuivi le joueur de 22 ans. Il ne nous mettait pas sous les projecteurs, mais il savait comment faire passer son message. C’était difficile de le voir partir. Et en ce qui concerne Alfie, je pense qu’il a gagné le droit de prendre une décision sur ce qui est le mieux pour sa famille et pour lui. Je crois qu’il a fait plus que quiconque probablement pour notre équipe, notre communauté et notre ville.

Sur le fait de se trouver à côté de Gonchar dans le vestiaire :

J’étais à deux casiers de lui, avec Erik Karlsson entre nous deux, mais étant donné que Karl a été absent pendant la majeure partie de la saison, nous avons eu l’occasion de jaser davantage entre deux périodes, sur le banc, lors des voyages et des soupers sur la route. Il est peut-être l’homme le plus intéressant au monde. Il a eu une carrière bien remplie, avec quatre participations aux Jeux olympiques et un championnat de la Coupe Stanley. Je suis ravi de dire que mon premier partenaire en défensive dans la LNH est un futur membre du Temple de la renommée comme Sergei Gonchar.

Au sujet de ses objectifs de production :

Je pense que l’on se fixe tous des objectifs personnels, mais à la fin, on veut juste voir notre équipe gagner des matchs. L’an dernier, ce qui a fait que notre équipe était si spéciale et si unique, c’est qu’on n’avait pas de marqueurs de 50 points comme beaucoup de formations. Tout le monde contribuait. C’est un sentiment incroyable de savoir que chaque soir, un trio différent peut procurer la victoire à l’équipe. On n’a donc pas la pression de penser que si un trio ne marque pas, on va perdre. Je pense qu’en tant qu’équipe, nous voulons collectivement faire de notre mieux sur le plan individuel, mais une fois le travail accompli, les statistiques personnelles sont bien secondaires.

Sur le faire d’assumer un plus grand rôle :

C’est une question de confiance. C’est tellement facile de perdre, mais c’est un long processus pour retrouver le sentier de la victoire. Je pense que d’avoir commencé l’année (2012-2013) à Binghamton fut probablement l’une des meilleures choses qui m’ait pu arriver. Le calibre de jeu dans la Ligue américaine était beaucoup plus élevé que d’habitude en raison du lock-out. Plusieurs joueurs (de la LNH) sont descendus pour venir jouer. J’ai été en mesure d’entamer la campagne du bon pied. J’ai par la suite continué mes bonnes performances avec le grand club. J’espère maintenant que mon mariage cet été et que mes résultats de la dernière saison me permettront de connaître un bon camp d’entraînement.

Sur ses progrès réalisés la saison dernière :

Cela fait partie de l’apprentissage. Dans cette ligue, les gars sont beaucoup plus gros, plus forts, plus rapides et il faut trouver des moyens — dans la mesure du possible — de gagner des batailles, de faire perdre la rondelle à l’adversaire. Une fois que l’on s’habitue au système et à la stratégie que nous tentons d’implanter en équipe, cela va aider mon jeu un peu plus en tant que défenseur. Évidemment, je vais essayer d'aider l'équipe sur le plan offensif autant que je peux.

Sur la nouvelle dynamique dans le vestiaire :

Ce sera très différent. Il y aura un grand vide à combler, mais je crois que nous avons les individus qui peuvent le faire, comme Spezz (Jason Spezza), Philly (Chris Phillips) et quelques autres leaders. Alfie ne faisait pas tout le travail tout seul. Il y a eu d’autres joueurs qui ont répondu à l’appel d’un match à l’autre. Ce sera différent, certes, mais il s’agira en même temps d’un nouveau départ en espérant que cela nous sera salutaire.

Sur ses objectifs pendant la saison morte :

L’an dernier, j'étais vraiment concentré sur le gain de poids dans le but de me présenter au camp avec un poids acceptable. Cette année, maintenant que j'ai pu maintenir ce poids pendant une saison complète, je vais juste essayer de travailler sur le maintien de celui-ci, afin de pouvoir jouer avec plus d’agressivité. De plus, je veux travailler l’intensité de mon coup de patin. Je ne me considère pas comme un patineur explosif, mais je pense que je dois travailler cette puissance afin de pouvoir devancer un adversaire en une ou deux enjambées à partir du coin, comme Karl le fait, afin de me donner un peu plus de temps et d’espace.

Après la partie « officielle » de la mêlée médiatique, Patrick a accordé une entrevue à Sens TV, avec le règlement strict interdisant de parler de hockey en vigueur. Regardez cette entrevue, où Patrick parle notamment de pêche, ci-dessous.


Encore plus du Sénat : Dernières nouvelles/Articles :
Courriel HAUT DE PAGE ↑