Bobby Ryan avant son premier match à domicile

jeudi, 19.09.2013 / 15 h 35
Chris Lund  - Ottawasenators.com



Avec un but à son seul match préparatoire, Bobby Ryan sera sous les projecteurs ce soir, alors que les Sénateurs affronteront les Maple Leafs. Il s’agira de sa première présence dans l’uniforme des Sénateurs devant la foule du Centre Canadian Tire. Ryan s’est entretenu avec les médias au sujet de sa première prestation devant le public d'Ottawa, sa relation avec l'entraîneur des Leafs Randy Carlyle et plus aujourd'hui, après l'entraînement matinal de l'équipe.

Voici ses commentaires...

Sur la rivalité Toronto-Ottawa :

Je pense que c'est plus amplifié que celle entre Los Angeles et Anaheim, mais je peux voir la corrélation entre les deux. À écouter les gens, je comprends que la foule sera divisée moitié-moitié dans les gradins et l’ambiance serait celle d’un match à l’extérieur à la fois. J’ai hâte de vivre cette intensité même s’il s’agit d’un match hors-concours.

Sur son historique avec l’entraîneur des Leafs, Randy Carlyle :

J’étais jeune et j’ai pris les choses de façon personnelle. Je pense qu'il était un peu plus dur sur moi à certains moments, inutilement, et je pense qu’avec le recul, je ne voyais pas les choses de la façon à l’époque. Je pense qu’il voulait le meilleur pour moi, il avait de bonnes intentions envers moi et il essayait de me pousser et de me motiver, mais parfois je sentais qu’il s’y prenait de la mauvaise façon et c'était effectivement le cas. Il n'y a jamais vraiment eu d’engueulades, même derrière des portes closes, mais ce fut plutôt de bonnes conversations et de bonnes discussions. En fin de compte, les gens semblent penser qu’il fallait trouver celui qui a raison. Maintenant, nous sommes dans la même conférence et la même division et nous allons nous voir plus souvent. J’espère que nous pourrons mettre cela derrière nous, car je n’ai pas l’intention de lui crier ce genre de choses sur la patinoire et je ne pense qu’il ne veuille le faire non plus.

Est-ce que Carlyle a fait de lui un meilleur joueur ?

Absolument. Encore une fois, comme je l'ai dit hier, il est un entraîneur très, très exigeant, mais il est très juste en même temps. Il récompense les joueurs qui font leur travail et qui exécutent ce qu'on leur demande d'accomplir. Je suis arrivé dans la LNH sous ses ordres et après avoir connu des hauts et des bas à 20 ans, j’ai réussi 30 buts à 21 ans. J’ai adhéré à son système et j’ai appris bien des choses de lui.

Sur le fait d’évoluer avec Spezza et Michalek :

Je pense que nous nous améliorons chaque jour. Je pense que nous commençons à en apprendre un peu plus sur l'autre chaque jour, sur l’endroit où Spezz aime amener la rondelle et les angles que Milo préfère devant le filet. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire.


Encore plus du Sénat : Dernières nouvelles/Articles :
Courriel HAUT DE PAGE ↑