Kassian et Neil parlent des bagarres

mercredi, 02.10.2013 / 16 h 03
Chris Lund  - Ottawasenators.com



Avec l’incident effrayant impliquant George Parros, des Canadiens de Montréal, hier soir après une altercation contre Colton Orr, des Maple Leafs de Toronto, il n’en fallait pas plus pour relancer le débat sur les bagarres dans le hockey d’aujourd'hui.

Les deux joueurs qui livrent la majorité des combats dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa, Matt Kassian et Chris Neil, ont répondu aux questions aujourd'hui sur le bien-fondé des bagarres dans le hockey.

Voici le condensé des propos de Kassian...

Au sujet de l’incident Parros :

J’espère qu’il va bien. C’est la première chose qui nous vient à l’idée face à une telle situation. On tente d’observer et d’analyser ce qui s’est passé. L’incident est évidemment arrivé très vite, donc il a fallu attendre la reprise pour voir exactement ce qui s'est produit. Espérons qu'il sera de retour très bientôt.

Au sujet des gens qui pensent que les bagarres devraient être abolies du hockey :

Ce sont les gens qui réclament cela depuis longtemps, peu importe ce qui arrive. C’est le genre de réaction avec laquelle il faut s’attendre lorsqu’on voit des choses qui ne sont pas agréables. C’est la même chose dans la vie de tous les jours, lorsque les gens voient quelque chose d’horrible survenir. Ils croient que la meilleure façon de mettre fin à ce genre de chose est d’abolir les bagarres. Cependant, un joueur peut aussi se blesser en trébuchant sur quelqu’un, en se faisant plaquer dans la rampe ou en recevant une rondelle en plein visage. Mais les détracteurs ont droit à leur opinion.

Pourquoi faut-il maintenir les bagarres?

Honnêtement, je pense que cela fait partie du jeu. Je pense sincèrement que c’est nécessaire pour responsabiliser les joueurs. Sans les bagarres, je pense qu’il y aura une recrudescence au niveau des infractions reliées au bâton. Je pense que l’on verra beaucoup plus de coups sournois. Il y en a déjà suffisamment. Comme dans beaucoup de choses dans la vie, c'est la minorité bruyante qui se fait entendre. Je crois que bien des amateurs de hockey souhaitent le maintien des combats.

Peut-on exercer son rôle de policier sur la glace sans se bagarrer?

Je crois que les mises en échec n’ont tout simplement pas le même impact. On peut agir comme un rat lorsqu’un quelqu’un vient vous frapper. J’ai été sournoisement plus d’une fois. C’est une situation regrettable. Vous savez, lorsqu’un gros joueur va frapper un petit joueur, ce dernier s'en tire beaucoup plus que lorsque les rôles sont inversés, même si c'est accidentel. Je ne me plains pas, je ne fais que constater.



Voici le condensé des propos de Neil...

Peut-on faire quelque chose à faire pour prévenir des accidents?

Si vous regardez le combat, vous allez constater que les deux belligérants se protègent très bien. Ce n’est pas comme s’ils avaient été aveuglés. Lorsque vous vous bagarrez, vous savez, on peut anticiper un coup de poing. C'est pourquoi vous ne voyez pas autant de commotions cérébrales comme c’est le cas lors de mises en échec. Lors d’une mise en échec, on ne peut pas toujours savoir d’où le coup arrivera. Ainsi, nous ne sommes pas en mesure de placer nos mains de façon appropriée ou d’anticiper une chute. Il est l'un des meilleurs dans ce qu'il fait et nous lui dédions nos pensées et nos prières.

Sur le débat entourant les bagarres :

Les bagarres font partie du jeu. S’il n’y en avait pas, plusieurs petits joueurs s’en donneraient à cœur joie avec leurs bâtons et quiconque sait qu’un bâton peut faire beaucoup plus de dommage qu’un coup de poing. Prenons l’affaire Phil Kessel par exemple. C’est tout aussi mauvais de voir un type balancer son bâton comme il l’a fait ça. Je pense qu’il y a aussi un contrepoids. Les meilleurs combats surviennent souvent sous l’impulsion du moment, avec l’intensité. La séquence d’hier soir n’est qu’un bête accident.


Encore plus du Sénat : Dernières nouvelles/Articles :
HAUT DE PAGE ↑