La relève : Andrew Hammond

mercredi, 23.04.2014 / 16 h 29



Par Scott Campbell

Alors qu’il connait du succès à sa première saison devant le filet des Senators de Binghamton, Andrew Hammond continue de progresser dans l’espoir de se faire un nom dans la LNH. Maintenant que le rideau est tombé sur la saison régulière de la Ligue américaine, Hammond a terminé la campagne avec plus de 20 victoires et il a été rappelé deux fois à Ottawa. Il a effectué ses premiers pas sur une patinoire de la LNH le 27 février.

« À mon avis, chaque fois que l’on reçoit un coup de téléphone, on est un peu surpris, car on ne veut pas s’attendre à quelque chose qui ne pourrait pas survenir, a déclaré Hammond. Cette année, j’ai appris que tout peut arriver. »

Hammond a profité pleinement de son premier séjour, disputant plus de 30 minutes et effectuant 11 arrêts lors d’un revers de 6-1 des Sénateurs.

« J’étais très emballé d’avoir été rappelé par Ottawa pour la première fois, un rêve qui est devenu une réalité, a affirmé Hammond. J’ai vécu beaucoup d’émotions, mais je ne voulais pas me laisser distraire par tout ce qui entoure l’expérience. »

Même avec l’épisode inattendu au sein de la LNH, Hammond estime qu’il est demeuré un gardien stable malgré tout. « Il est normal de ressentir une certaine frousse lorsqu’on dispute nos premiers matchs dans un nouveau circuit, dit-il. Dès que l’on commence à se concentrer sur le match, que l’on reçoit un premier lancer et que l’on effectue un premier arrêt, on constate que c’est le même sport. Je suis ici pour une raison, soit d’effectuer le même travail qui m’a permis de me retrouver ici. »

Hammond est devenu un gardien de but pendant un match de hockey-balle dans la localité de White Rock, en Colombie-Britannique, sa ville natale. Son frère et les amis de ce dernier lui ont autorisé à jouer avec eux à condition qu’il soit devant le filet. Sur la patinoire, Hammond a alterné entre le poste de gardien et celui de joueur pour réaliser qu’il voulait arrêter des rondelles.

« Il est difficile pour moi de comparer le jeu dans les deux circuits (la LNH et la LAH), a indiqué Hammond. Je n’ai pas une expérience suffisamment longue pour décrire véritablement l’expérience au quotidien d’un gardien de but dans la Ligue nationale. J’en suis à mes premiers pas et il me faudra environ une vingtaine de matchs pour avant de comprendre les aspects qui me permettront de connaître du succès. Tout ce dont je peux faire est de me préparer chaque jour et de bien travailler. En espérant un rappel, je serai en mesure de jouer, d’avoir de l’assurance et d’aider ma formation. »

« Au début (avec Binghamton), j’étais un peu trop agressif et je croyais que je pouvais effectuer les premiers arrêts, peu importe la situation, raconte Hammond. « J’ai constaté que, rendus dans ce calibre, les joueurs sont très bons et que je dois laisser le jeu arriver près de moi et être un peu plus patient. Je dois essayer seulement de protéger la rondelle et de ne pas trop en faire. J’ai tenté de simplifier mon jeu et j’ai commencé à obtenir de bons résultats récemment. »

Hammond reçoit quelques lancers pendant l’échauffement et il affronte son lot de rondelles pendant les séances d’entraînement. Les matchs des Senators de Binghamton sont disputés les fins de semaine, ce qui signifie des séquences de quatre jours ou plus sans match. Il passe ses temps libres avec sa fiancée et leurs deux chiens. « On perd un peu le rythme, dit-il. On réalise à quel point c’est difficile, cela met les choses en perspective, un grand nombre de matchs en un certain laps de temps. Il suffit de prendre soin de soi-même, planifier et espérer passer à la prochaine étape. »

Hammond continue de se concentrer sur son rôle d’aujourd’hui au sein de l’équipe, la communication. « Il ne s’agit pas de longues conversations, mais c’est bien. »

« En grande partie, la communication s’organise autour du gardien et du défenseur, en ce qui concerne les échanges avec la rondelle et le jeu derrière le filet. Si j’avais tenté d’évoluer en tant que défenseur, je ne serais probablement pas parvenu à atteindre ce calibre. J’y suis parvenu dans le rôle de gardien, mais cela ne signifie pas que je ne peux pas aider d’une autre façon. Tout le monde est très ouvert. Tout ce qui est discuté est pour le bien de l’équipe. »

Hammond estime que le gardien de but est l’épine dorsale de l’équipe. Une personne pondérée et qui ne se frustre pas ou ne se choque pas facilement. On souhaite que cette attitude se répande partout au sein de l’équipe.

Si tout cela fonctionne, il pourrait s’agir d’une recette pour le succès et avec chaque match disputé, le rêve d’évoluer dans la LNH s’approchera de la réalité.


Encore plus du Sénat : Dernières nouvelles/Articles :
HAUT DE PAGE ↑