Le capitaine se sent beaucoup mieux qu'il y a un an

Alfredsson affirme qu'il se sent en pleine forme à l'aube de sa 17e saison dans la LNH

mercredi, 12.09.2012 / 11 h 08
Rob Brodie  - OttawaSenators.com

Un an plus tard, les doutes se sont dissipés.

Alors que Daniel Alfredsson réfléchit à ce que sera sa 17e saison dans la Ligue nationale de hockey, le capitaine des Sénateurs ressent une certaine accalmie lorsqu’il s'agit de son état de santé.

« Je me sens beaucoup mieux », a déclaré Alfredsson plus tôt mardi en pensant à la saison 2012-2013. « Dans mon esprit, il y avait beaucoup d'incertitude lorsque j’ai entrepris le camp de l'année dernière et, aujourd’hui, je sens que les choses vont beaucoup mieux qu'il y a un an. Je suis prêt (à reprendre le collier). »

Lorsque le camp d'entraînement de l’automne dernier s’est mis en branle, Alfredsson venait de connaître une saison 2010-2011 écourtée à 54 matchs — le plus bas total de matchs disputés en une saison de sa carrière — en raison d’un problème de nerf au dos qui a nécessité une chirurgie pendant la saison estivale. Même s'il n'était pas certain comment réagirait son dos, Alfredsson a été en mesure de rebondir au cours de la dernière campagne. L’athlète de 39 ans de Göteborg, en Suède, a inscrit 27 buts, son plus haut total en quatre ans, et il fut l’un des meilleurs joueurs des Sénateurs lors de la série éliminatoire de première ronde contre les Rangers de New York.

Plus important encore, Alfredsson a renoué avec le plaisir dans son jeu l’an dernier, alimenté en grande partie par le noyau de jeunes joueurs qui se sont retrouvés autour de lui chez les Sénateurs et par l’avenir très prometteur qu’ils représentent. Tout cela a certainement joué un rôle cet été, lorsqu’est venu le moment pour le capitaine de décider s’il avait encore assez de carburant dans le réservoir pour une autre saison. Même si tout le monde autour de lui dans le vestiaire des Sénateurs n’entretenait aucune inquiétude à ce sujet.

Une meilleure santé et un ardent désir — même s’il approche de son 40e anniversaire de naissance — de continuer à s’améliorer furent des éléments suffisants de motivation pour inciter Alfredsson à revenir.

« J'ai beaucoup de plaisir sur la patinoire. J’adore le sport sans aucun doute », a déclaré Alfredsson au quotidien Ottawa Sun lors d’une entrevue la semaine dernière. « J’ai été très encouragé la saison dernière sur ma façon de patiner et je pense que je peux encore m’améliorer à ce chapitre. L'essentiel pour moi est de rester en bonne santé. L'année dernière, j'ai raté un match en raison d'un muscle fléchisseur de la hanche (maux) et sans compter les commotions cérébrales.

« C’est très bien lorsqu’on est plus vieux. Si je peux maintenir ce rythme, j’en serai heureux. »

Alfredsson se sentira également rajeuni en raison d’un voyage estival dans son pays natal avec sa femme Bibbi et leurs quatre enfants, Hugo, Loui, Fenix et William. Pour les Alfredsson, il s’agissait de leur plus long séjour en Scandinavie depuis un bon bout de temps.

« C'était génial, a déclaré Alfredsson. Nous ne sommes pas allés chez nous depuis quelques années. Nos enfants ont passé un moment fabuleux avec la parenté et les cousins.

« Nous avons eu beaucoup de plaisir. C'était agréable de retourner là-bas. Ils (ses enfants) ont amélioré leur suédois un peu, ce qui fut agréable. »

En juillet dernier, lorsqu’Alfredsson a finalement décidé de revenir au jeu, il a parlé de la façon dont des vedettes de la LNH comme Jaromir Jagr et Teemu Selanne sont demeurées des joueurs productifs après avoir atteint la quarantaine, et il ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas faire de même.

« J'ai été ennuyé par des problèmes de dos pendant quelques années et maintenant que j’ai retrouvé une bonne santé, je veux voir jusqu’où cela peut m’amener, a-t-il dit. Il y a d’autres joueurs à 40 ans et plus, comme Jagr et Selanne, et il s’agit peut-être d’une nouvelle tendance. Si l’on parvient à prendre soin de nous-mêmes, on peut continuer à jouer et qui sait quelle sera la limite?

« Donc, il s’agit aussi d’un aspect intriguant. Je veux voir à quel point je peux encore me pousser et travailler. À quel point puis-je être encore efficace? Je sens que je peux encore m’améliorer, surtout quand je regarde mes problèmes de santé qui sont derrière moi. Je crois que je peux faire mieux, surtout physiquement, comparativement à l’an dernier. »

HAUT DE PAGE ↑